LE CAMPANILE DE SAINT-MARC, restauré à de nombreuses reprises, presque toujours après qu’il se soit écroulé frappé par la foudre, est l’un des plus hauts et est appelé affectueusement par les Vénitiens « el paròn de casa » (le maître de maison), expression de son histoire et de l’attachement qui lient les Vénitiens à ce monument.

Chacune de ses 5 cloches porte un nom lié à sa fonction : la MARANGONA sonnait le début et la fin du travail des Marangoni (les charpentiers de l’arsenal).

La NONA sonnait - et sonne toujours - midi. La TROTTIERA servait à battre le second rappel à l’attention des nobles en retard aux réunions du grand conseil.

La PREGADI (ou Mezza Terza), annonçait les réunions des Pregadi, les sénateurs de la Sérénissime. La cloche du MALEFICIO, elle, annonçait les exécutions capitales.

Le campanile de Saint-Marc a été le théâtre fréquent de la vie des Vénitiens.

Le dicton vénitien « andemo a bever un ombra » est l’abréviation de « andemo a bever un goto de vin all’ombra del campanil » (allons boire un verre de vin à l’ombre du campanile), et est né après la fermeture et la démolition sur ordre de la municipalité, en 1872, des nombreuses auberges qui entouraient le campanile.

Durant la République vénitienne, certains délits dont se rendaient coupable des membres du clergé étaient punis par le « supplissio dea cheba », qui consistait à renfermer le condamné dans une cage suspendue au campanile.

En 1609, le campanile fut utilisé par Galilée pour une démonstration de sa toute nouvelle longue-vue.

Durant le carnaval de Venise, le Jeudi gras était fêté par « lo svolto dell’angelo » (ou du Turc). Un équilibriste descendait du campanile sur un fil relié à une barque ancrée dans le bassin de Saint Marc.

Aujourd’hui, reprenant le carnaval du XVIIIe, le parcours du « svolto dell’angelo » s’effectue du campanile jusqu’au Palais des Doges, où le début des festivités était proclamé par le doge après remise à ce dernier d’un sceptre.

LA TOUR DE L’HORLOGE de Venise est l’un des monuments les plus photographiés de la ville, tant pour la présence de son horloge originale que pour les deux Maures qui sonnent les heures au sommet de la tour.

Sous le lion de Saint Marc, placé en dessous des Maures, se trouve une petite terrasse semi-circulaire qui permet le passage des trois statues qui, le jour de l’Ascension (et durant toute la semaine), se déplacent de gauche à droite devant la sculpture de la Vierge à l’Enfant.

Le grand cadran en bas, chef-d’œuvre de mécanique des frères Ranieri de Parme, indique le passage des saisons et des heures, les phases de la lune et le passage du soleil entre les constellations.

Réserve ton séjour
Nombre de Clients
Nombre de Chambres
Chambre 1
N. adultes
N. Enfants
Chambre 2
N. adultes
N. Enfants
Chambre 3
N. adultes
N. Enfants
Chambre 4
N. adultes
N. Enfants